Partagez | 
 

 A Dance With the Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: A Dance With the Dragon   Jeu 21 Aoû - 11:21



    Siobhán Fionnghuala Mc Gill Fhaolain


    sans emploi

    ★ officiellement 26 ans, NEE sur l'île de Skye (Ecosse)
    ★ NATIONALITE : citoyen britannique
    ★ CARTE VERTE: ◻ non non
    ★ JE VIS A : Dunvegan (Ecosse)
    ★ MON MOYEN DE TRANSPORT PREFERE DANS NYC : le taxi
═══════════════════════════════════════════════

       ═══════════════════════════════════════════════

    I ♥ NEW YORK


    What a Day for a Day Dream

    ★ MY FAVORITE SPOT : Time Square
    ★ NEW YORK, JE T'AIME : la part de pizza à 1c. , les food-trucks et autres cuisiniers ambulants qui vous permettent d'arpenter la 5e avenue avec vos prises de guerre pendant les "soldes" sans être obligée de vous faire un break pour manger, le bruit, les lumières la nuit, et lui.
    ★ NEW YORK, MOI NON PLUS : que ce soit si loin de là où je vis, les pétasses qui sortent des toilettes avec le maquillage en vrac et qui reluquent mon mec en croyant qu'il est célibataire, le service des douanes qui fouillent tous les colis que j'envoie comme si y avait une bombe à l'intérieur.
    ★ MA DERNIERE SORTIE : les pâturages des îles écossaises... passionnant hein ? Mais promis je me rattraperai quand je viendrai à New York en allant faire un tour au sommet de l'Empire State Building
    ★ LA MEILLEURE ASSIETTE : le TURCO

    ME, MYSELF & I


    These boots are made for walking

    INDEPENDANTE SANGUINE EST-CE QU'IL Y A UN CONTRAIRE DE CORDON BLEU ? LOYALE TÊTE BRÛLÉE MANUELLE BUTÉE
    ★ TOUT CE QUE J'AIME : ma fille Azenor qui aura bientôt cinq ans, son père que je ne vois pas assez souvent, mon Ecosse natale, ma famille, les sensations fortes, la pizza, la bière, les séries, la téléréalité, les défis cons, faire la fête ou aller au bar avec mes amis, ... et les histoires de dragons.
    ★ TOUT CE QUE JE DETESTE : les femmes qui se laissent séduire par MON mec (et par extension : que MON mec s'amuse à séduire d'autres femmes même si c'est purement intéressé et qu'il ne conclut pas), les livres, l'inactivité, les filles qui pètent des fleurs et des papillons, qu'on m'empêche de faire ce que je veux, qu'on me demande de faire la cuisine, qu'on critique mon régime alimentaire, qu'on critique le régime alimentaire de mon mec, qu'on décide à ma place, qu'on s'en prenne à un de mes proches, ne toujours pas être mariée.



Dernière édition par Siobhán Mc Gill Fhaolain le Jeu 21 Aoû - 19:41, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: Re: A Dance With the Dragon   Jeu 21 Aoû - 19:21


 
    Try Me

     
    I think I used to have a voice...

     
    ★ En novembre prochain, c'est les élections...
    ◻ ... je n'irais pas voter. Cela ne changerait rien aux résultats. Les cartes ne mentent jamais.
    ◻ ... si vous saviez ce qu'un candidat est prêt à dépenser pour un petit coup de pouce non conventionnel...
    ◻ vous allez voter pour moi j'espère ? Mais si vous allez voter pour moi.
    j'irais voter comme n'importe quel citoyen bien intégré.
    ◻ pour ce que ça m'intéresse...

    ★ Pour aller à l'ouverture du nouveau club so hip à l'autre bout de la ville ...
    ◻ est-ce que c'est de mon club qu'on est en train de parler ?
    ◻ c'est pas trop mon truc, d'ailleurs je n'étais même pas au courant.
    ◻ je ne sais pas encore mais on ne verra que moi à mon arrivée.
    je me ferais inviter, ne vous inquiétez pas pour moi.
    ◻ la meilleure occasion de me venger de "machin". Avec tout ce monde on n'y verra que du feu...

    ★ Au petit déjeuner ...
    ◻ croissant, pain au chocolat, céréales... des trucs basiques quoi.
    ◻ une décoction de ginseng, c'est bien pour démarrer la journée avec la pêche.
    ◻ thé ou café.
    ◻ je ne déjeune pas.
    j'essaye d'embellir les restes de mon frigo.

    ★ C'est bientôt Halloween...
    ◻ A Halloween toute la famille sort bottines, chapeaux pointus et balais pour sauter du toit... non mais vous m'avez pris pour quoi ? C'est pas moi qui fait les animations et venez pas me péter les c**** pour avoir des bonbons. Ca donne des caries de toute façon. Sales mioches !!!
    ◻ Même pas besoin de me déguiser.... bon un peu quand même.
    ◻ Dans les endroits que je fréquente, Halloween c'est tous les jours.
    Si vous saviez ce qui se balade dans les rues la nuit d'Halloween vous resteriez bien tranquillement chez vous ce soir-là.
    ◻ vous avez mis du gros sel devant votre porte comme je vous l'avez conseillé ?
═══════════════════════════════════════════════
 
  ═══════════════════════════════════════════════
    The Untold Story


    ... Now I Never Make A Sound

    Le paysage n'était que désolation. Partout où des arbres calcinés convulsaient comme pour s'arracher à l'épais manteau neigeux, il n'y avait que squelettes de planches de pierres noircies qui s'élevaient en suppliques cendreuses jusqu'aux cieux. C'est dans ces endroits-là qu'on ne voulait pas que les enfants traînent de peur qu'un toit ne cède ou qu'un fou ne surgisse. Allez donc savoir pourquoi, notre "brave" s'était mis en tête de courir l'aventure vers les flancs plus calmes et plus escarpés du paysage. L'idée - pas si saugrenue finalement - lui était venue qu'en se plaçant en hauteur, elle pourrait embrasser toute l'île d'un regard. La récompense lui semblait à hauteur du défi. Oubliant l'heure, oubliant les remontrances qui l'attendaient certainement déjà de pied ferme sur le pas de la porte de la maison, elle grimpait, toujours plus enthousiaste. Et plus elle grimpait plus le ciel s'assombrissait. Ses boucles blondes lui collaient bientôt à la figure mais il faisait une chaleur étouffante au sommet de la montagne sur le chemin des chèvres. Sous ses pieds, elle sentait le sol vibrer, un peu comme si la montagne grondait doucement. Ses tribulations la menant à une cavité, elle s'y enfonça, se demandant ce qu'elle pourrait bien y trouver comme trésor. Bientôt il faisait si noir qu'on n'y voyait pas à un mètre. Dehors, la nuit qui était tombée mais dans la grotte, on ne sentait pas un instant sa fraîcheur. Ici, le sol grondait clairement, ébranlant le sein de la montagne.

    Au bout de la caverne il y avait une bête. Un monstre ou peut-être... un dragon ! L'imagination des enfants ne manque pas de mots pour qualifier ce genre de trouvailles. Une gigantesque cuirasse noire dont les angles, quelque peu écornés ou décolorés par endroit, laissaient deviner un esprit vieux et téméraire. Un oeil opalescent s'ouvrit sur elle. Il était si grand qu'elle pouvait s'y voir en pied comme dans le grand miroir de la salle de bain. La peur la prit au ventre, froissant ses entrailles. Le souffle de la bête lui brûla le visage. Siobhán rentra la tête dans les épaules. Elle n'osait pas bouger, comprenant beaucoup mieux pourquoi "seuls les plus braves" exploraient les grottes dans les contes que sa grand tante Maighread lui lisait.

    Le monstre ne bougeait pas non plus. Il la regardait d'un oeil féroce mais les râles qui sortaient de ses naseaux ressemblaient plus à de lasses complaintes qu'autre chose après réflexion. Après un moment, notre "brave" finit par apercevoir d'où venait le mal. Une longue hampe de bois attira son regard. Elle dépassait à peine, comme un tout petit bâton dans l'interstice entre deux plaques de la cuirasse. Bien trop minuscule pour que le monstre puisse la retirer avec ses dents, ou ses griffes, sans compter qu'elle était affreusement mal placée. Le monstre avait de toute évidence renoncé et il fallut à notre brave presque une heure pour se décider.

    Elle s'assit d'abord, n'osant pas tourner le dos pour s'enfuir. Puis elle se rapprocha petit à petit, mais jamais assez pour être à portée de mâchoire. Après encore un long moment, il lui sembla que le fauve et elle se comprenaient. Alors elle prit son courage à deux mains et vint tout contre la bête. Malgré la peur, elle était comme fascinée. Doucement, elle laissa glisser la paume de sa main sur la cuirasse rugueuse et moite à la fois.

    Les contes disaient que quand un dragon mourrait, il se changeait en obsidienne. Notre petit "brave" saisit la hampe de la lance à deux mains et tira de toutes ses forces. Le dragon gronda avec violence, ébranlant une fois de trop le sein de la montagne. Il y eut un grand bruit. Un éboulant gigantesque. Siobhán poussa un petit cri d'angoisse, se blottissant contre le monstre pour s'abriter. Il ne fit pas un geste pour la croquer, grondant de plus belle lorsqu'un rocher vint se fracasser sur son crâne. Quelque chose giclait en gerbes brûlantes et gluantes sur la gamine. A cours d'idées, la petite fille plongea les mains pour combler la chute. Sous ses paumes elle sentait un coeur brûlant sous ses doigts qui se crispait et convulsait, l'arrosant de plus belle. Une onde puissante de chaleur la traversa puis plus rien. C'était fini.
    ...

    « Oh Siobhán, Siobhán, pourquoi faut-il toujours que tu te mettes dans des situations pas possible mon coeur... », implorait des mains aimantes sur son visage.

    Il pleuvait à grosses gouttes et Siobhán avait l'impression d'avoir avalé toute la poussière du grenier. La petite fille ouvrit un oeil, luttant contre ses paupières qui semblaient déterminées à rester collée ensemble. Tout autour il y avait des bruits de sirène, de gens qui se hurlaient des ordres, des engins qui emportaient dans leurs pelles des tonnes de gravats et des chiens. Sa tête lui faisait affreusement mal et sa peau picotait par endroit.

    « Qu'est-ce que tu faisais là-dedans, tu aurais pu te tuer, tu aurais pu... »
    « Je sais pas maman... j'ai mal... je me rappelle pas... »

    Diary of SIOBHAN


    ... Your Love Makes Me Feel Like I'M (Not) Dead.
    Siobhán a grandi sur l'île de Skye un peu à l'écart du monde dans une grande famille comme on n'en fait plus. C'est sans doute ce qui explique à la fois sa soif insatiable de liberté, et son attachement quasi racinaire à la famille. De toute petite Siobhán a chercher à construire sa propre branche à l'arbre généalogique des Mc Gill Fhaolain mais le moins qu'on puisse dire c'est que la chance n'a pas été avec elle.

    Du petit garçon foudroyé au vieux croulant lubrique, la demoiselle ne s'est rien épargné. Elle s'en est arrêtée au futur mari assassiné sur l'autel (expérience véridique et première rencontre avec des vampires d'ailleurs). Le plus surprenant reste encore que finalement l'homme de sa vie, elle n'en n'a pas voulu tout de suite. On peut la comprendre quand on sait que l'heureux élu lui tendait la tête arrachée de son premier fiancé quand d'autres se seraient contentés d'attendre le premier rendez-vous avec un bouquet de fleur. Mais malgré son aversion, elle finit par céder. Sans doute parce qu'il représentait tout ce qu'elle avait toujours recherché. Quelqu'un qui pourrait être fou d'amour. Quelqu'un dont les sentiments ne s'altéreraient jamais avec le temps. Quoiqu'il en soit, elle a toujours refusé de croire que la fascination y était pour quoi que ce soit.

    Vivre avec un vampire n'a pas été facile pour autant. Surtout avec celui-là. Dans les livres, les histoires se ressemblent toutes. Elles s'écrivent à l'encre de chine et se déclinent en nuance gothiques-romantiques dans des étreintes violentes et passionnées. Il ne fallait pas compter sur Siobhán pour réagir comme les héroïnes des bouquins qu'elle n'ouvre jamais. S'accepter l'un l'autre leur demanda des concessions. Passer outre le dégoût de la morsure et du sang, réfréner son besoin de manipuler les autres, trouver le juste équilibre entre liberté absolue et appartenance totale. Mais l'accord est là, parfait de dissonances, solide et fier au delà de tout. De quoi susciter des jalousies.

    On dit qu'aimer fait se sentir plus vivant. Mais quand l'adage met un pied dans la réalité, au début ça n'a rien de rassurant. On se demande pourquoi. On se demande comment. On a peur des conséquences car après tout vivre c'est aussi mourir. Ou mourir encore en ce qui le concerne. Et puis l'on s'éloigne. On se tue. On se retrouve. On s'aime. Et l'étrange phénomène se reproduit. Un vampire dont la peau se réchauffe et s'assouplit sous les caresses, dont les yeux redeviennent humain peu à peu. Dont l'appétit se réveille devant une assiette. Était-ce son sang à elle qu'il trouvait toujours si différent des autres ? Et s'ils avaient pu en espérer encore plus ? Etre vivant et non plus seulement le sentir en soit comme les effets d'une drogue perverse et cruelle.

    L'expérimentation s'arrêta rapidement. Les jalousies vous en entourent et vous rattrapent. Et si elles ne peuvent avoir ce que vous avez, elles le détruisent tout simplement. Une vitre brisée dans la nuit. Un millier de bouches glacés sur sa peau nue. Un millier d'aiguilles avides perçant sa peau pour absorber le plus possible du précieux élixir vermeille. Un millier de langues goulues sur son corps. Et la chaleur du feu pour la réconforter dans la mort. Vaines et idiotes jalousies.

    Vivre s'est mourir et renaître chaque matin. Fût-ce quinze ans plus tard dans un lieu si semblable au paradis qu'il vous semble qu'une seconde s'est passé entre le cauchemar et l'au-delà. Puis, des visages familiers, des mots qui blessent, des mots qui rassurent. La confusion. Des vies achevées, des vies fraîchement écloses, qui, toutes, vous attendent dans le calme et la bonne humeur. La famille. Il n'y a que ça.
    ...

    Aujourd'hui, Siobhán est retournée vivre chez ses parents. Cinq ans ont passé depuis son réveil dans les jardins de la cité féérique de Byzance. Son étrange disparition ne lui a pas permis de reprendre son travail d'enquêtrice à Scotland Yard. Ce n'est pas tant les quinze années de trou noir dans sa vie qui auraient posé problème mais l'apparente jeunesse qu'ont préservé en elle la magie des faeries et cette magie primitive en elle - qui donne à son sang ses propriétés si recherchées.

    Emir et elle se voient très peu mais ça n'est pas de son fait à elle. La ferme de ses parents lui offre de quoi fatiguer le corps autant que l'esprit et si ça ne suffisait pas, Siobhán a également une adorable petite fille de quatre, ce qui ne lui laisse pas une seconde à elle. Une conversation skype avec Emir avant d'aller se coucher. Une visite de temps en temps. Elle est encore loin d'avoir cette famille dont elle rêve tant.

     
    ══════════════ Venez voir qui se cache derrière Siobhán ☈

     


     

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maire de New-York


Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 45
Date de naissance : 14/02/1942
Age : 75
Localisation : New York
Humeur : Très pris


En savoir plus


MessageSujet: Re: A Dance With the Dragon   Dim 7 Sep - 16:22

Revenue d'entre les morts, pour continuer à la fréquentée, même épisodiquement. Voilà une jeune femme qui n'a pas froid aux yeux... Ou alors est-elle, tout simplement, folle et dépressive ?
Attention ici, car à New-York, la tentation est forte ! Surtout chez les Non-morts !
What a Face

_________________



COMPTE FONDATEUR.

→ n'hésitez pas à nous contacter ici
pour la moindre de vos petites questions
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blue-moon.brulant.net

Contenu sponsorisé





En savoir plus


MessageSujet: Re: A Dance With the Dragon   

Revenir en haut Aller en bas
 

A Dance With the Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How train your dragon
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blue Moon. :: Welcome to the Universe. :: Id Card. :: New-York Citizens.-