Partagez | 
 

 Skype Conversation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Hand of the Damned Queen


Date d'inscription : 09/08/2014
Messages : 23


En savoir plus


MessageSujet: Skype Conversation.   Dim 12 Oct - 18:14


Skype Conversation.


Remote Love.


Ce n'était pas la chose la plus facile qu'Emir ait vécu en sept siècles. Vivre le grand amour à distance était quelque chose qu'il le faisait énormément souffrir. C'était comme si son cœur mort brûlait à l'intérieur de sa poitrine, rendant la douleur difficile à supporter, mais que l'on garde silencieuse pour ne montrer aucun signe de faiblesse. Car montrer un signe de faiblesse, surtout dans sa position, c'était comme livrer sa propre tête sur un plateau d'argent à tous ses ennemis. Et ce n'était pas un luxe qu'il pouvait s'offrir étant donné la mission que la Reine des Damnés lui avait donné.

Alors, grâce à une idée lumineuse de son petit fils, Jinan (Aujourd'hui un redoutable Djinn, qui file le grand amour avec Moony (La soeur de son grand amour)), c'est à dire sa belle-soeur et père de deux beaux enfants), Emir avait acheté une tablette afin de pouvoir discuter sur Skype avec Siobhán. Autant vous dire qu'au début, ce fut pas une mince affaire que de lui expliquer le fonctionnement de cette technologie. Si on avait écouté le vampire, le téléphone aurait amplement suffit, mais l'idée de la voir, malgré la distance, l'avait tout de suite conquis. Ce qui n'avait pas rendu l'apprentissage bien simple, bien au contraire.

Créer un pseudo, une adresse mail, pour un homme ayant vu le jour au début du XIVème siècle, c'était comme si on demandait à un homme de Cro-Magnon de se servir des flammes pour envoyer un message à une tribu un peu plus loin. Jinan s'était tellement pissé dessus à rire quant aux diverses propositions de pseudo qu'Emir lui proposait, que ce dernier avait finalement abdiqué pour la lui créer lui-même. Il fallait quelque chose d'assez soft, de passe-partout, et surtout que cela soit assez discret. Jinan avait rigolé tout seul en imaginant Emir se faire accoster par des couguars - quoiqu'en fin de compte, il y avait autant de chance qu'il tombe sur une couguar que de gagner à la loterie vu son âge - et Siobhán frisait la crise de jalousie.

Du coup, l'adresse mail d'Emir était : Orient-savor@gmail.com. Jinan avait beaucoup aimé sa trouvaille et pour le coup, il s'en était resservi pour le pseudo skype : Orientsavor1314.

Emir saisit la tablette avant de défaire machinalement le noeud de sa cravate. Il l'alluma d'une main, avant de la poser sur la table. Il retira la cravate, puis la chemise, avant de s'allonger sur l'imposant canapé qui se trouvait dans sa chambre dans la bâtisse qu'il avait acquise comme étant le nouveau fief du pouvoir des Vampires de New-York. En haut, au dernier étage, il s'était installé, tandis que les stores s'abaissaient au fur et à mesure que le soleil grandissait dans le ciel. Il devait être aux alentours de quatorze heures lorsqu'il lança Skype, avant de poser la tablette sur son torse. Attendant l'appelle de Siobhán, il ferma ses yeux, cherchant un semblant de repos, sans vraiment le trouver. Depuis qu'il était parti de Londres, ses pensées étaient pesantes et omniprésentes. Un brouillard l'envahissait à chaque fois qu'il se retrouvait seul, l'empêchant de trouver une solution à ses plus grands problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Lun 13 Oct - 6:00

Attendre de voir Orientsavor1314 apparaître dans la colonne à droite de la fenêtre skype était une torture. Les jours précédents s'étaient écoulés sans rien de particulier à en dire. Azenor avait été à l'école. Siobhán avait travaillé - il y avait toujours quelque chose à faire dans ce vieux château familial... Mais le jour-j arrivé... c'était comme si toutes les horloges avaient décidé de prendre leur temps. Azenor lui avait paru infernale à lui demander toutes les deux secondes si c'était bientôt l'heure, ce que son père allait lui dire, ce qu'il pensait... et c'était sans parler de son coeur à elle qui se serrait à mesure que la grande aiguille s'apprêtait à frapper dix neuf heure pile.

Pour autant, pas question de changer les habitudes. La jeune maman avait assis sa fille à la grande table avec ses cousins et cousines du même âge. Quand on est sept soeurs et un cousin, on a de quoi remplir une cantine avec ses enfants pour le plus grand bonheur des grands parents d'ailleurs. Azenor avait bien sûr protesté, craignant de manquer l'appel de son père mais Siobhán avait promis devenir la chercher.

La grande aiguille s'aligna à la petite dans un clic métallique. Une main passée dans les cheveux, un petit coup d'oeil dans le miroir. Elle s'était douchée, habillée, en revenant de la grange. Pour se faire belle pour lui.



The Dragon Maid
Bonjour vous  
T'es là ?

envoyé depuis mon iphone

A la seconde où l'écran de son téléphone lui indiquait orientsavor1314 est en train d'écrire, Siobhán cliqua sur "appeler", impatiente de le voir enfin. Cela prit quelques secondes, trop longues à son goût mais elle se doutait qu'il n'était pas un as de skype, mais orientsavor1314 finit par apparaître à l'écran, tout muscle offert à l'écran pour son plus grand plaisir à elle. Elle ne put s'empêcher de sourire :

« Tu m'entends ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hand of the Damned Queen


Date d'inscription : 09/08/2014
Messages : 23


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Sam 18 Oct - 10:13

Emir sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine lorsqu'il entendit le bruit caractéristique de Skype lorsque l'on tentait de vous joindre. Un bruit qu'il avait assimilé à Siobhán au fur et à mesure des échanges et qu'il avait compris en se rendant compte de l'état dans lequel il se mettait lorsque ce n'était pas elle, et qu'il s'agissait d'un autre rare contact qu'il avait. Ce petit bruit le sortait toujours de cet espèce de torpeur vampirique dans laquelle il se mettait pour se réveiller, et la vitesse à laquelle il reprenait des couleurs, lui donnait des airs étranges. D'ailleurs, ses yeux reprenaient tout juste leur couleur rouge lorsqu'elle apparut à l'écran.

Il hocha d'un signe de la tête lorsqu'elle lui demanda si elle l'entendait, puis il se contenta de sourire un long moment. Emir observa chacun de ses traits comme si cela faisait des années qu'il ne les avait pas vu, les gravant toujours un peu plus profondément dans sa mémoire. La voir là, c'était comme si on lui promettait le paradis, mais qu'il devait d'abord travailler dur pour y parvenir. C'était aussi un très bon moyen pour lui de se motiver à vite terminer ce qu'il avait à faire ici. Un mensonge qu'il se faisait pour rester toujours aussi droit, aussi noble et aussi arrogant que la Reine souhaitait le voir pour mener à bien cette mission.

Emir la contempla un long moment dans un silence où seul son sourire semblait meubler une conversation qui ne venait jamais. Il finit par lever la main pour effleurer l'écran de son doigt. Puis, petit à petit, son sourire s'effaça pour laisser place à toute la douleur que lui procurait cette absence. Son absence. A elle, et la petite. Et ce visage-là ne pouvait que rester graver dans l'esprit de Siobhán. On avait l'impression que toute sa vie n'avait été que souffrance, et qu'une fois de plus, elle semblait se jouer de lui, lui piétinant ce qu'il lui restait d'humain, s'assurant alors que son coeur mort le reste bien. C'était comme si les sept cents dernières années de souffrances, même si, jalonnés de rire ces trente dernières années, refaisaient surface, l'accablant alors au point que chaque trait de son visage doré se transformait en une peinture d'une autre époque où même le plus nul en Art pouvait se rendre compte d'avec quel douleur l'artiste l'avait peint. C'était on ne peut plus vrai à travers l'écran de l'ordinateur.

Ses yeux rougirent, à mesure que ses larmes de sang embuaient ses yeux perçants. Il leva les yeux au ciel, comme pour les contenir, avant de se forcer à sourire. Emir replongea son regard dans le bleu des mers polaires des yeux de Siobhán, avant de lui murmurer un : « Ça va, toi ? » Il savait que non. Elle était peut-être meilleure actrice que lui, car elle ne ressentait pas comme un vampire, mais elle ressentait fortement. Ses yeux étaient le reflet de son âme, et elle ne pouvait avoir un secret pour lui. Seulement, il ignorait l'ampleur que son absence pouvait causer sur l'amour de sa non-vie. Il esquissa un sourire, un peu plus vrai que l'autre, avant de rajouter : « Et... Et Azenor ? Elle est là ? » L'essence même de sa vie condensée dans ce petit corps-là. Qu'avait-il donc fait pour tout avoir sans pouvoir en jouir comme bon lui semblait ? Dieu se fichait de sa gueule, il n'y avait pas d'autres explications. Il se mordit la joue, avant d'essuyer ses yeux avec sa main libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Dim 19 Oct - 21:18

D'abord il ne dit rien. Comme à son habitude il prenait le temps de la regarder, longuement, se remémorant sans doute la chaleur de sa peau ou son parfum à la naissance de sa nuque. L'écran était comme un mur entre eux et ces échanges, quoi que réconfortant, leur faisaient quelque part toujours plus de mal que de bien. Siobhán en avait même fini par se faire comme un blindage. Il s'était forgé petit à petit sous le martel le l'interminable séparation. Bien loin de l'amoureuse transie qu'elle avait été au début, l'écossaise semblait s'être fait une triste raison. Il n'y avait plus dans son regard cette étincelle rieuse, quasi enfantine, des débuts. Elle avait cédé la place à d'autres expressions. Particulièrement cette mine fermée qui esquissait des sourires à l'emporte pièce ou encore ces sourcils châtains qui se composaient en vague sévère quand elle voulait montrer à Azenor qu'elle ne plaisantait pas. Elle n'était plus non plus aussi tête brûlée qu'avant. Comme si un coup de blizzard avait soufflé sa flamme pour la rendre plus soucieuse, plus rationnelle.

Son iphone lui présentait maintenant l'idée d'une caresse, imprimée sur l'écran mat en empreintes labyrinthique. A la commissure de ses lèvres, comme le début de quelque chose. Elle n'avait pas vraiment besoin de regarder l'écran pour comprendre ce qu'il ressentait. Elle, ne voulait pas tomber là dedans. Surtout pas pour le peu de temps qu'ils s'accordaient. Elle sourit à nouveau, l'encourageant à briser le silence.

« Ca va toi ? »

Ces derniers temps, elle s'était souvent fait cette réflexion : était-ce vraiment une question que ce ça va? qu'on s'adressait presque par réflexe plus que par politesse ou par sympathie. Y avait-il une réponse véritablement acceptable en dehors d'un autre ça va ou d'un et toi? à peine réfléchi, tout juste écouté ? C'était une drôle de question que celle-ci.

« Ca va... », répondit-elle d'un ton posé, relativement convainquant.
« Et... Et Azenor ? Elle est là ? »
« Oui je vais te la chercher... elle est à table avec ses cousins. Cinq minutes... », répondit-elle plus spontanément abandonnant presque aussitôt le téléphone sur son lit.

Il y eu un long long silence derrière cela, pendant lequel Emir n'avait que le plafond de la chambre avec qui parler. Puis, au bout d'un moment, le noir complet et des cris de joie hystériques...

« Dou-ce-ment ! », intimait la voix de Siobhán sans hausser le ton.
« Papaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! »

Une paire d'yeux noisette mordorés, immenses comme deux grandes lunes apparaissaient derrière le rond d'un nez presque collé à l'écran...

La voix d'Emir finit par lui répondre, un brin changée par le haut parleur de l'iphone. Un bref sourire passa sur les lèvres de la blonde, puis un sourire plus marqué.



envoyé depuis mon iphone

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hand of the Damned Queen


Date d'inscription : 09/08/2014
Messages : 23


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Lun 20 Oct - 16:42

Voir le visage de sa fille, de sa femme le rendait toujours heureux. Mais c'était toujours à double tranchant, car son cœur mort semblait mourir un peu plus, comme si toute lumière s'éteignait en lui pour ne plus que lui laisser l'intense et puissant souvenir d'un passé heureux où il n'y avait pas toute cette affreuse distance. Il s'essuya le coin de l'oeil, puis, il se mit à écouter sa fille qui lui raconta sa journée, lui parlant de tout et de rien, de l'école et de ses cousins, des moutons affreux qui puent, et du crachin écossais, qu'elle en avait marre de mettre ses bottines, et qu'elle adorerait vivre dans le pays de papa. Un sourire se dessina sur ses lèvres, c'était sa digne fille.

Alors il ferma les yeux, se laissant bercer par sa voix, s'imaginant alors lui, simple humain, vivant avec eux, faisant des tâches quotidiennes, barbantes mais qu'il désirait pratiquer juste pour pouvoir vivre avec elles. Retirer ce sang maudit qui lui rongeait les veines, lui maintenaient son corps on ne peut plus mort, trompant la mort et la vie de par sa simple présence. Emir s'imaginait réveiller par Siobhán qui irait au travail, ou leur petite qui sautait sur leur lit un dimanche matin.

Enfin, il réouvrit ses yeux, lui demandant alors de le laisser avec Maman, qu'il avait besoin de lui parler avant d'aller se reposer. Il lui dit qu'il l'aimait, que c'était sa princesse, et qu'il avait hâte d'être demain pour pouvoir lui reparler de nouveau. Qu'elle devait être forte, et toujours aider les femmes de la famille de Maman. Il lui fit un bisou sur l'écran, avant de la voir partir consternée, comme si en partant, elle lui laissait sa joie pour aller se mettre dans un coin et se laissait submerger par la tristesse, tout comme lui ou Siobhán faisait à chaque fin de conversation.

Il laissa perler une larme sur le coin de son oeil, mais celle-ci ne coula pas. Emir laissa quelques instants filer entre ses doigts, et un ange passa avant qu'il ne puisse de nouveau ouvrir la bouche sans avoir la gorge nouée par une quelconque émotion. « Je vais venir, Siobhán. Je vais me trouver un créneau, et je viens passer une semaine. Tu veux bien ? » Il lui demandait, car son avis comptait. Il pensait déjà au au revoir lorsqu'il devrait les quitter pour retourner à New-York. C'est à ce moment-là d'ailleurs, que la larme coula le long de sa joue. Il se força à sourire, mais le coeur n'y était pas. Son coeur n'était pas là de toute façon. Il était resté au Royaume-Uni, lorsque la Reine lui avait demandé de venir pour lui confier la tâche de redorer sa puissance sur le nouveau-continent. Un continent dont il ne connaissait rien, ou presque, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Jeu 23 Oct - 20:59

Siobhán écoutait d'une oreille sans vraiment écouter en fait. Tandis que la petite voix surexcitée d'Azenor ne s'arrêtait plus de chanter, sa maman parcourait sans en avoir l'air ce visage qui ne serait jamais aussi parfait qu'en vrai.

Siobhán se rappelait la première fois qu'elle avait regardé Emir de cette façon. Elle se rappelait comme son coeur s'était emballé malgré elle et ça la réchauffait encore aujourd'hui. Mais par moment, elle oubliait presque ce que c'était que d'être avec lui. La seule chose qu'elle n'oubliait pas c'était sa voix. Allez donc savoir pourquoi. Elle n'avait jamais particulièrement préféré sa voix au reste de sa personne. Mais c'était la seule chose que la distance n'altérait pas. Ca et l'enthousiasme sans borne d'Azenor qui demandait déjà à son père quand est-ce qu'il venait.

La petite fille était sage la plupart du temps mais, sans que sa mère y soit pour rien, c'était une fille de la ville et il y avait bien peu de choses pour elle dans la campagne reculée de Dunvegan. A cinq ans, elle avait toutes les manières de son père. Siobhán se demandait même comment personne ne faisait le lien. Elle soupçonnait fortement que son vampire de petit ami ait fait tour du patelin pour zapper quelques idées potentiellement gênantes. Azenor était une petite fille coquette et soignée. Personne ne le lui avait appris - surtout pas dans sa famille maternelle. Elle l'avait dans le sang. Elle ne rêvait que de grandes villes et de jolis vêtements. Mais au dessus de tout, elle ne rêvait que de son papa. Siobhán se demandait parfois comment ça se serait passé avec un garçon.

Les complaintes répétées de la petite finirent par tirer Siobhán de ses pensées. Emir venait de décréter l'heure du brossage de dents mais la gamine marchandait encore cinq minutes par ci, un bisous par là. Elle savait toujours y faire avec son père. Mais elle n'avait pas le dernier mot. Traînant les pieds, l'oreille basse, Azenor se dirigeait vers la sortie, attendant presque que sa mère donne le contre-ordre tant attendu. Mais rien ne vint et dans son petit ventre un creux tout rond c'était formé, faute d'avoir pu poursuivre son dîner. A tous les coups, mami lui aurait sauvé une assiette de ragoût, une large tranche de pain dorée et surtout, une part de sa tarte aux myrtilles.

« Je vais venir, Siobhán. Je vais me trouver un créneau, et je viens passer une semaine. Tu veux bien ? »
« Qu'est-ce que c'est que cette question ? », demanda-t-elle avec un demi sourire, encore un, « Juste ... attends d'avoir pris ton billet pour en parler à la petite. J'ai pas envie que... », qu'elle soit déçue, « On devrait peut-être rien lui dire du tout. Ca lui fera une surprise. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hand of the Damned Queen


Date d'inscription : 09/08/2014
Messages : 23


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Sam 25 Oct - 19:40

Emir ne savait plus vraiment quoi dire. C'était plus une corvée qu'autre chose que de rester devant cette écran. Il n'y était pas obligé. Il en avait besoin. Paradoxalement, c'était quelque chose qu'il aimait, mais qu'il détestait de tout son être. Toute son existence semblait ne plus que tourner autour de cette putain de tablette, et ça le rendait malade. Plus, il laissait ce silence s'installait, plus sa colère prenait le pas sur lui. La frustration était sur le point d'atteindre son paroxysme. Il ferma doucement les yeux, avant de poser l'écran sur son torse. Il se frotta les yeux, avant de se mordre la main avec force, comme s'il souhaitait donner une valeur physique à cette douleur psychique.

Il finit par relever l'écran, se forçant à sourire, laissant voir quelques traces de son propre sang à la commissure de ses lèvres. Emir baissa le regard, les yeux plein de tristesses. Si l'on pouvait personnifier la peine de cœur, on le choisirait sans hésiter une seconde.

« Amour, je vais te laisser, j'ai... J'ai trop mal. » Sa lèvre trembla, et il se mordit instantanément la lèvre inférieure. Habituellement, c'était j'ai besoin de me reposer ou j'ai du travail. Mais là, non, la coupe était pleine, il avait besoin de se confier. Et il imaginait à peine la douleur qu'elle devait très certainement ressentir. Elle, sa Siobhán, ne cessait de souffrir depuis qu'ils se connaissaient. D'abord le mariage, puis... Tout. Emir s'en voulait à chaque fois qu'il y pensait. La petite était loin de l'écran, et il se sentait le besoin de se dévoiler un peu. Il savait d'ores et déjà qu'à la fin de cette conversation, lorsqu'il raccrocherait, il couperait court à toutes ses émotions, et que, probablement, il ne lui reparlerait pas avant une ou deux semaines, voir plus. Il attrapa son téléphone où il gribouilla Passeport, écosse, amour et vie à la vitesse de l'éclair, avant de le laisser tomber à côté de lui.

« En plus... En plus, tu l'élèves toute seule. J'ai l'impression de revivre à la fois mon passé, ma vie humaine, puis ma naissance, et... Toute ma vie. Et toi... Toi, t'es là, tu te forces à sourire, hein ? Tu es forte, tu peux pas te laisser aller, et moi... Moi, je t'inflige tout cela sans que tu ne demandes rien en retour. Ta patience... Amour... T'es un cadeau d'Allah. Une bénédiction. L'espoir d'une vie meilleure... Mais en même temps, j'ai l'impression d'être un âne à qui l'on tend la carotte pour avancer... » Une larme perla, une larme rouge, une larme de sang. Celle-ci coula doucement le long de sa peau doré, sans qu'il ne puisse rien faire pour la retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Date d'inscription : 21/08/2014
Messages : 7


En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   Dim 26 Oct - 15:16

La conversation allait tourner court. L'écran se referma sur la peau d'Emir, sombrant totalement dans le noir. Elle détestait ce moment-là. Celui où elle se disait que c'était toujours pareil. Qu'ils étaient aussi malheureux l'un que l'autre mais qu'ils s'obstinaient - allez savoir pourquoi - dans cette relation qui ne menait à rien.

« Amour, je vais te laisser, j'ai... J'ai trop mal. »

Elle hocha la tête sans rien dire. Elle ne pouvait pas commencer à s'épancher, à ouvrir les vannes. Pas avec Azenor qui avait besoin de quelqu'un de solide.

« En plus... En plus, tu l'élèves toute seule. J'ai l'impression de revivre à la fois mon passé, ma vie humaine, puis ma naissance, et... Toute ma vie. Et toi... Toi, t'es là, tu te forces à sourire, hein ? Tu es forte, tu peux pas te laisser aller, et moi... Moi, je t'inflige tout cela sans que tu ne demandes rien en retour. Ta patience... Amour... T'es un cadeau d'Allah. Une bénédiction. L'espoir d'une vie meilleure... Mais en même temps, j'ai l'impression d'être un âne à qui l'on tend la carotte pour avancer... »

Siobhán serra les dents détournant le regard un instant. Le pire, c'était que dans ce qu'il disait, il n'y avait pas un seul truc faux. Elle laissa passer un long silence avant de se dire qu'il n'y avait aucune façon délicate de lui dire ce qu'elle allait dire :

« Emir... personne nous oblige à nous infliger ça. J'veux dire... depuis toutes ces années... si tu veux qu'on arrête je comprendrais. »

Elle n'était pas en train de le plaquer mais c'était quelque chose qu'elle avait en elle depuis quelques années. Elle ne savait pas comment mais ça s'était installé en elle au fil des années.

« Je t'aime Emir... »

Mais quoique tu décides, je l'accepterai. C'était ce que disait son regard. Elle n'en pouvait plus de tout ça. Ca n'avait plus ni queue ni tête.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





En savoir plus


MessageSujet: Re: Skype Conversation.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Skype Conversation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conversation skype du forum
» Petite conversation =) [PV Takeji et Ren]
» qui a skype ?
» Amélioration (Skype)
» Conversation au clair de Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blue Moon. :: New-York City. :: Manhattan. :: My life in Manhattan.-